La Vallée du Coran 

Une "bulle" de verdure à découvrir au pas de l'âne...

Destination prisée pour ses îles et belles plages, la Charente Maritime, 1er département touristique de France, attire souvent pour sa côte atlantique. Mais il est des coins plus reculés, chargés d'histoire et riches en trésors cachés qui méritent que l'on prenne le temps de les découvrir...Ils font le bonheur des adeptes d'un tourisme différent, d'un tourisme lent, le "slow tourisme". Située en Saintonge romane, entre Saintes et Cognac, la Vallée du Coran fait partie de ces lieux. Un écrin de verdure, où faune et flore sauvages, et jolis sentiers, vous invitent à la randonnée douce. Une vallée assurément prédestinée à être découverte au pas de l'âne...

Une vallée du Coran classée Zone d'intérêt écologique, faunistique et floristique 

Le ruisseau qui lui donne son nom prend sa source au sein de l'arrière pays saintongeois. Initialement dénommé "le Courant" en raison d'une dénivellation importante entre la source et l'embouchure sur la Charente, il est devenu le "Coran" par déformation linguistique. La vallée se caractérise par différents habitats : aulnes et frênes près du lit majeur, chênes et charmes sur les versants, chênaie acidophile sur le plateau et prairies marécageuses. Du fait de son milieu naturel très préservé, on y trouve une diversité d'espèces animales et végétales dont certaines rares et protégées telles que la Loutre et le Vison d'Europe ou encore ce très bel insecte tâché de bleu et noir, la Rosalie des Alpes, l'un des plus beaux de notre faune. Des plantes aux affinités montagnardes s'y développent aussi : Véronique des montagnes, Parisette à quatre feuilles, Gouet tâcheté...

Un gai ruisseau...

" Au fond du val s'unissent les fontaines donnant la vie à ce ruisseau joyeux, qui va, limpide, et court capricieux baigner les pieds des vergnes et des frênes. Cest de Fontdouce où les vignes égrènent le raisin d'or de ceps plus que fameux, que le Coran se dirige, onduleux, vers la rivière aux eaux toujours sereines. Et s'il s'arrête en chemin un instant pour ranimer au moulin qui l'attend un gai tic-tac de son âme endormie, c'est par devoir, car il est attendu par la Charente et son flot répandu. S'élance enfin, clapotant, vers sa mie. "
Gustave FORT, poète né à Saint Sauvant